Comme promis un petit mot post-FED. On a tellement tout dit et tellement tout entendu qu’on pouvait s’attendre à tout hier soir. Ou plutôt , penser que la décision serait sage et cohérente, et que dans ce contexte les marchés seraient forcément déçus. Quand vous pensez que la croissance est encore (et toujours) de 2,1% aux Etats-Unis, que le taux de chômage est à 3%, et qu’on parle de baisse des taux pour relancer l'économie… Alors on était parti sur une espérance de baisse de 50 centimes, « au minimum 25 », mais ces derniers jours plusieurs membres de la FED s’étaient élevés pour dénoncer cette baisse et réclamer un statu quo. Parce qu’il est assis entre 2 chaises avec le pistolet de tempe sur la trump, Jerome Powell ne pouvait pas faire autre chose que de baisser les taux a minima. Et ainsi de refroidir les marchés.
Mais en attendant on a grillé une cartouche quand la situation deviendra vraiment plus préoccupante.

A notre sens, on est complètement rentrés dans ce que personne ne souhaite réellement et officiellement, mais pour lequel tout le monde s’agite en coulisse : le mieux disant monétaire et la guerre des changes. Les articles de presse parus depuis 10 jours sont éloquents sur le sujet, nous vous les mettons en pièce jointe, et notamment l’article de Trump qui, après avoir mis en place son arsenal contre les pays suspectés de manipuler leur devise, se pose la question de déclencher la guerre des monnaies. Et là, avec ce qui s’est passé hier, il ne doit pas être content !!! : le USD continue étonnamment, même encore aujourd’hui, à s’apprécier contre EUR, on frôle actuellement aujourd’hui les 1,10 (
http://premium.lefigaro.fr/conjoncture/donald-trump-brule-d-envie-de-declencher-la-guerre-des-monnaies-20190730 et https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/donald-trump-pret-a-declencher-le-feu-et-la-fureur-sur-le-marche-des-changes-1039263 ).


Notre Comité d’Investissement a préféré songer qu’après ces petites baisses des taux et des marchés, les acteurs économiques allaient s’en contenter et continuer leur progression : et c’est bien ce qui se passe : malgré la chute assez forte des marchés américains hier, les marchés européens sont assez fortement soutenus ce matin ; et les marchés américains ouvrent en hausse.

Autre sujet : les Etats ne peuvent absolument se permettre une remontée des taux, au regard de l’impact sur leur endettement. Tout le monde a intérêt à une poursuite de la baisse des taux, et c’est d’ailleurs ce qui s’est passé ces derniers jours en Europe, avec un retour des rendements sur les plus bas, et depuis hier sur les Etats-Unis, la 10 ans perdant plus de 10 points. C’est l’idée : les taux ne vont pas remonter de sitôt, les Etats n’en ont pas les moyens financiers, avec il faut être long obligataires sur des échéances longues.

Nous vous mettons en pièces jointes toute une série d’articles, et notamment un très bon article de Mohamed El-Erian, Conseiller Economique en Chef de Allianz, sur les Banques Centrales.

Affaires à suivre :
- 3 mois avant le gong final du Brexit : grosse pression de la part de BoJo, et baisse marquée de la livre Sterling
- La taxe Gafa, le poil à gratter en vue de la réunion du G7 à Biarritz en août

Indices performance pour points marchés

Articles :

Les Echos - BCE dans l'impasse
Les Echos - Banque centrale
Les Echos - Position de la FED
Les Echos - Taxe GAFA
Les Echos - USD et Trump 1/2
Les Echos - USD et Trump 2/2
Les Echos - USD haut