Un nombre sans cesse croissant de morts, et les marchés continuent de monter. Assez illogique compte-tenu de l'impact d'un arrêt total de la 2ème ou 3ème économie du monde, si on intègre le Royaume-Uni dans l'Union européenne ou non.

Un conclave "intime", organisé par un de nos très proches partenaires, et avec certains d'entre vous, avant-hier, avec Philippe Dessertine, nous fait douter de cet environnement boursier radieux.
Nos rendez-vous, hier, avec un grand capitaine d'industrie, nous fait penser que malgré la situation, nous sommes dans un calme tout-à-fait précaire. Avec la théorie des flux tendus, on n’est pas loin d’une asphyxie des assembleurs, qui ne sont plus livrés par les vendeurs de pièces détachées situé dans l’usine Chine.

Monsieur Dessertine mentionnait que la seconde économie mondiale, représentant un PIB annuel de plus de 15 200 milliards de USD, était à l'arrêt. Le PIB de la Chine est à 57% sur de la consommation intérieure. Et Monsieur Dessertine de relever qu'il vaudrait mieux que l'économie reparte, parce que, mine de rien et l'air de tout, 57% x 1/12 x 15 200 = 712 milliards de non-production, quand vous regardez les photos des rues désertes et des entreprises à l’arrêt. Les météorologues ont même constaté une très nette amélioration de la qualité de l’air dans certaines régions industrielles de Chine…
En attendant, ces derniers jours, on parlait de reprise de l’activité, mais en constatant que cela peine réellement à repartir. Avec les conséquences immédiates : l’OPEP réduit sa production, les prix du gaz sont en chute libre (voir
article). On notera aussi des articles qui sortent, assez alarmistes, que ce soit l’OMS ou les médias. Même la FED américaine admet que cette épidémie va affecter son économie. Et on pourra s’étonner de la sur-réaction des autorités chinoises de fermer le pays pour, il y a encore 4 jours, 500 morts, quand la grippe fait, en France, plus de 10 000 morts par an…

Et sinon, tout va bien, les marchés rayonnent, nous vous laissons regarder les performances des bourses sur une semaine, et encore aujourd’hui ; C’est assez impressionnant, sinon étonnant. Alors portons, continuons à porter !

Indices performances pour points marchés