Nous arrivons à la croisée des chemins. Le Président Macron s’exprime ce soir, ça sent le reconfinement à plein nez, light ou dur, mou ou violent, partiel ou sélectif selon la logorrhée politique.
En tout cas, après cette 2
ème vague, on commencera à voir la fin de l’épidémie, et que rapidement au sortir de l’hiver, un vaccin prendra le relais.
Encore une occasion manquée de parler d’une seule voix en Europe. Des couvre-feux à 19 heures, 21 heures, 22 heures. Nous, les lulus, faisons fort : 23 heures ! Histoire de dire qu’on a fait quelque chose !
Les belges et les allemands ont décidé de fermer bars et restos pendant un mois, super… Et état d’urgence en Espagne jusqu’en mai 2021 ; et émeutes en Italie.
 
 
En attendant on trinque, et l’économie européenne s’apprête à vivre son 2
ème arrêt brutal.
Ce qui est triste dans cette histoire, c’est que les chinois se sont remis au boulot (quand bien même il y aurait une 2
ème vague), et que nous, européens, nous apprêtons à tout re-arrêter.
Et cela se ressent terriblement sur les indices : voyez le tableau habituel des performances sur les 7 jours écoulés : nous sommes à -4 / 5% en Europe, quand les Etats-Unis sont à -1% et certaines places asiatiques en hausse…
C’est probablement l’enseignement de cette 2
ème vague qui arrive, tous les pays voire toutes les régions du monde ne sont pas logés à la même enseigne.
Marc Fiorentino, dans l’une de ses Chroniques, parlait de reprise en « K », tout est dit.
 
 
On est dans le calme avant la tempête pour ce qui est de l’élection américaine. Pas de nouveau, cela devrait se jouer dans de rares swing states. En attendant, vous aurez noté qu’on entend un peu moins le Donald, sauf à dire que l’actualité de reconfinement en France le fait passer au second plan.
Et nous réitérons notre idée de prendre le pari que le USD bougera plus fort que d’habitude dans les jours qui suivront. Nous sommes à 1,1736 au moment où nous écrivons, et nous avons fait coter 2 options, sur 2 semaines : un call EURUSD 1,22 et un put EURUSD 1,12 : les 2 valent 0,06% chacun, soit…presque rien. Concrètement, cela revient à dire que couvrir 5 millions d’euros coute 3 000 euros. Le jeu peut en valoir la chandelle. 
 
 
D’un point de vue soutien des marchés, nous vous aurions dit avant-hier que, quoi qu’il arrive, les banques centrales sont là, et que peu importe la situation de l’économie, voire peu importe que ce soit le très dangereux marxiste-léniniste Biden qui soit élu. Sincèrement, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, et la seule chose qui compte aujourd’hui est qu’on nous fait comprendre qu’on est protégé, que les Etats et Banques Centrales seront toujours là.
« Moi je dis » que cette politique ne pourra durer qu’un temps, même un long temps, mais que ça devra se terminer. On a une bulle, c’est sûr, et pour longtemps.
 
 
Brexit, no comment, bis repetita par rapport à la semaine dernière ; On les connaît les Politiques, de sacrés farceurs ! « Je t’aime, moi non plus », « t’es vilain, j’t’aime plus », et ça termine toujours par « embrassons-nous folleville ». Et à la fin “c’est nous qu’on paie.”
 
Rien à dire sur les rodomontades du caïd turc. Leur économie est dans une situation tellement catastrophique, il est donc naturel de pointer l’ennemi étranger pour faire diversion. Je ne suis pas forcément fan de Charlie Hebdo, mais leur couverture vaut le détour. Plus sérieusement, voir le très bon article d’Edouard Tetreau dans les Echos d’aujourd’hui, justement sur ce sujet.
 
 
L’humeur des titres de journaux s’en ressent, c’est toujours une litanie de mauvaises nouvelles :
-       L’Unedic, en France, au rouge écarlate, devrait finir en déficit de 20 milliards d’euros
-       L’activité d’Accor a plongé de 69% au 3
ème trimestre
-       Un retard de plus en plus inquiétant dans la mise en place du plan de relance de l’Europe
 
 
D’un point de vue gestion, nous avions un tout petit peu couvert le risque actions en fin de semaine dernière, entre 5 et 15%. Un coup de chance.
SocGen à 11 euros, total à 25, etc… En fait, l’Europe s’apprête à payer très cher, économiquement puis boursièrement. En attendant, on se reprend de nouveau -3% depuis ce matin.
Et on peut parier que l’élection américaine pourrait être le facteur exogène d’une correction aux Etats-Unis, avec la 2
ème vague à venir chez eux
Et gardons notre or, gageons que ça va servir !

Références :