Les montagnes russes dont nous parlions la semaine dernière se sont un peu érodées, mais la volatilité existe toujours, dans un marché que nous pensons cappé, et voué à bouger dans un range assez limité pendant l’été.
 
Attention néanmoins à la publication des résultats pour le 2
ème trimestre. Le pire n’étant jamais certain, nous sommes confrontés aujourd’hui à des statistiques moins pires que prévues, ou bien avec des effets de base très favorables. Mais vous aurez noté le "news flow" des derniers jours sur les annonces de suppressions d'emplois : Airbus avec 17 500 postes, 7 985 pour Air France, 1 000 en France pour Sanofi, et puis Alcatel, etc... Ca commence. Ou sur les impacts sur l'économie (cf Les Echos d'hier : le bâtiment prévoit la perte d'au moins 120 000 emplois en 2020).

La bonne nouvelle c'est l'appel d'air créé, en France, dans le secteur automobile, par les primes à la conversion, où les 200 000 primes budgétées par l'Etat ont été utilisées en moins de 2 mois.
 
Et pour l’heure, la poursuite de l’augmentation des cas de contamination dans le monde, ainsi que des décès, ne semble pas affoler les marchés. On a tout de même vu hier un « record » de plus de 50 000 personnes contaminées en une seule journée aux Etats-Unis.
 
La FED poursuit son discours de prudence, ne prévoyant qu’un très long retour à la normal pour le fonctionnement de l’économie, pas avant le début 2023.
 
Les nouvelles restent stressantes, angoissantes, alarmantes, et c’est probablement ce qui pousse le gouvernement américain à préparer un second plan de soutien à l’économie, après le premier de 2200 milliards de USD. On parle de la finalisation et d’annonce pour fin juillet (voir l'article des Echos d'hier). Et puis la banque centrale est toujours là. Mais un jour la question se posera : jusqu’où ? On ne peut pas faire de la création monétaire à outrance et indéfiniment, il finira par y avoir des conséquences, qui ne sont d’ailleurs peut-être pas encore imaginables aujourd’hui.
 
 
Un peu contre-intuitivement, tous les marchés ont perdu autour de 2% sur les 7 jours passés, voir notre fichier pdf. Performance qui semble devoir être effacée par le très bon rebond d’aujourd’hui, lié aux espoirs de vaccins et au second plan d’aide que prévoient les Etats-Unis.
 
 
Dans ce marché qui évolue peu et sans tendance, pas de prise de position particulière dans notre gestion.
 

Références :

Indices Performances pour Point Marchés

Le FIG - Chômage
Les Echos - Plan de relance
BCE - Annulation dettes
Les Echos