Du vert sur les 7 jours écoulés, sans prise en compte du rouge vif d’aujourd’hui. Et encore, du vert très léger, sauf le stratosphérique Nasdaq, qui gagne encore 2%, à la faveur des indéboulonnables GAFAM et autres.
 
Nous vivons dans une période de flottement, entre deux eaux, où nous sommes en train de commencer le déconfinement, mais où les effets n’ont pas fini de se faire sentir, que ce soit sur la fin du virus vs une 2
ème vague, ou d’un point de vue économique ; les premières données macro-économiques commencent tout juste à sortir, encore trop tôt pour se faire une idée de la situation réelle.
 
C’est aussi la déconnexion bourse / économie qui induit un flottement. Les boursiers sont toujours d’un optimisme absolu, et tout indique que les pires statistiques (cf la directrice générale, « les perspectives sont nettement plus mauvaises que notre scénario le plus pessimiste ») donnent du baume au cœur des marchés, qui parient sur de nouveaux plans d’intervention des gouvernements et banques centrales.
 
Ce moment de flottement explique aussi qu’il n’y a pas grand-chose à dire, parce que tant de choses restent en suspens…
 
 
L’or reste cantonné sur ses niveaux de 1700 USD l’once, et n’a quasiment pas varié ces derniers jours. 
 
Même constat sur le change, tout du moins en ce qui concerne l’EUR contre USD, mais aussi le EUR contre CHF. Sur cette paire, c’est très étonnant de voir que dès que l’on se rapproche des 1,05, on remonte un tout petit peu. Comme s‘il y avait une barrière invisible, d’une banque centrale par exemple, comme ce fut le cas par le passé sur 1,20 (mais celle-là était visible et assumée). A suivre…
 
 
Nous vous faisons part, enfin, de l’avis de Warren buffet, que vous retrouverez de manière détaillée sur 
https://www.quantalys.com/Article/Consultation/13142.
Parmi la dizaine de messages forts qui ont été passés, nous en retenons 3 : avoir du cash, ne pas encore investir car le marché est trop cher, et que l’on est incapable de voir aujourd’hui les conséquences des actions des Banques centrales.
Ceci milite pour notre approche de gestion, que nous ne modifions pas cette semaine, surtout en ces temps de sortie de confinement, avec tous les aléas et risques que cela comporte ; nous gardons le même cap et vous rappelons succinctement ce que nous écrivions quelques semaines auparavant :
« La situation économique d’aujourd’hui, incluant les perspectives d’avenir, est-elle identique au point que les marchés valent la même chose ? »
Les marchés peuvent certes encore monter un peu. Ou pas. Nous choisissons de garder le cap : il est trop tard pour réinvestir pour jouer ce rebond, qui va finir par s’essouffler et laisser place à une 2ème vague de baisse. Nous restons donc tactiquement à l’écart des marchés.

Références :

Indices Performances points marchés
Fig Eco - UK
Reprise des économies
Recession en Europe