Cette fois, les tweets semblent allumer le feu. Dans vos réactions à nos notes, nous retenons certaines appellations de votre part, comme "Docteur Folamour" ou le "furieux du tweet". Nous nous étions posés la question de savoir quel sujet déclencherait une correction des marchés, mais il faut croire que c'est tous à la fois. En ce moment, il y a tellement de cibles dans le viseur qu'on peut être partis pour une correction des marchés :
  • signature de la loi en faveur de Hong-Kong (cf article)
  • attaques tous azimuts sur le Brésil et l'Argentine (article)
  • une couche remise hier sur la taxation d'importations françaises
  • le sujet OTAN

Mais surtout, notre bon vieux serpent de mer des accords Etats-Unis - Chine a pris un bon coup dans l'aile. Dans la stratégie du tweet dans tous les sens, les Etats-Unis seraient prêts aujourd'hui à signer et avancer sur un accord bien au-delà des prochaines élections présidentielles de 2020. Voir à ce sujet l'article du FT d'hier, 
https://www.ft.com/content/c4cc60ea-15a4-11ea-9ee4-11f260415385.
Nous pensons que ces négociations ne sont de toute façon qu'un faire-valoir, qui ne sont là que pour occuper le terrain ("amuser la galerie" ?), mais que rien de global n'en sortira, sauf des éruptions sporadiques sous formes d'effets d'annonce, de remontée du stress ou annonces de très grandes victoires dont il sera permis de douter. Les marchés financiers vont finir d'ailleurs par se lasser de ces vraies-fausses semblantes discussions.
Et pour aujourd'hui, on repart dans l'autre sens, sur de nouvelles rumeurs...

En terme d'articles relevés ces 7 derniers jours, que nous vous proposons en pièces jointes :
  • Les cassandres sont aussi de sortie, avec un article de Nouriel Roubini relevé cette semaine dans les Echos, sur "la nouvelle exubérance irrationnelle des marchés", mots de Greespan en 2001 qui avait entraîné la grande correction des marchés financiers
  • la pression continue de monter sur les contrats en euro en France. Au tour de Swiss Life de casser les taux servis pour 2019. Cela accentue aussi la pression sur les souscripteurs, qui sont incités à trouver de nouveaux supports, qui se résument tous en 3 mots : plus (+) de risque
  • les risques sur le secteur bancaire en Chine, avec une hausse très importante des créances douteuses 


Sur les marchés, grosso modo, on perd en 2 jours ce qu'on a gagné en un mois à coup de +0,10%, mais on en reprend une partie aujourd'hui. il va donc falloir s'habituer à une augmentation importante de la volatilité.
Une chose est sûre, les valeurs refuges traditionnelles ont grandement profité de ces 2 jours de baisse importante : le franc suisse a gagné 1,50%, tant contre EUR que contre USD. Les taux américains à 2 et 10 ans on baissé de plus de 10 centimes, et enfin l'once d'or a repris presque 25 USD.


En terme de gestion, plus que jamais nous naviguons à vue sur la partie tactique. Nous n'avons pas coupé les positions longues sur trackers, que nous avions prises il y a quelques semaines. Et heureusement avec le rebond aujourd'hui. Mais nous restons extrêmement vigilants.