Il s’en est passé des choses depuis une semaine. On s’est quittés au plus bas, nous avons entretemps repris 20% sur les plus bas, et nous revoilà partis à la baisse, violente, ce matin, autour de -4% en Europe, et des futures américains en ce moment à -3%.
 
Nous rappelons que la première phase de baisse a eu 2 causes : l’une essentielle, le coronavirus, mais aussi une autre, plus conjoncturelle et qui a mis, sans jeu de mot, le feu aux poudres : souvenez-vous, le premier lundi de la baisse, on sortait d’un week-end pendant lequel l’Arabie Séoudite venait de prendre la décision d’inonder le marché de pétrole, provoquant l’une des plus grandes baisses jamais vues.
Et vient d’en remettre une seconde couche hier, alors même que le baril de WTI vient de passer en-dessous de 20 USD le baril : 
https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/petrole-en-pleine-guerre-des-prix-ryad-va-exporter-10-6-millions-de-barils-par-jour-3478430feadaeb4f7c394c31ac4adfe1.
 
Nous continuons à penser qu’il est bien trop tôt pour commencer à réinvestir. Nous assistons ce matin à une seconde vague de baisse, au moment où les Etats-Unis sont touchés de plein fouet depuis quelques jours.
Le confinement n’a pas été décrété, même si certains états / certaines villes l’ont 
de facto déclaré, le cas emblématique étant New-York.
Donald Trump favorise une approche différente, préférant, pour simplifier, ne pas mettre l’économie par terre et prendre le risque de 100 000 à 240 000 morts (cf le message répété, encore ce matin). La situation est probablement plus complexe que ça, ne serait-ce que parce que la gestion de la crise semble être paralysée par les divisions entre démocrates et républicains (ce matin : 
https://www.liberation.fr/planete/2020/03/31/la-gestion-de-crise-paralysee-par-les-divisions-entre-democrates-et-republicains_1783763).
 
Sur le sujet, nous vous renvoyons à l’excellente chronique matinale d’Anthony Bondain, sur
zonebourse.fr, tous les matins à partir de 7 heures ; nous recommandons particulièrement la lecture de celui-ci, dont vous trouverez le paragraphe clé ci-dessous : https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/L-economie-toujours-a-l-epreuve-du-Covid-19--30272516/?countview=0  :
« Pour finir (l'épineuse) question de la semaine : Faut-il privilégier la santé publique ou l'économie ? Vous êtes peut-être dérangé – je le suis – par ce débat lancé notamment aux Etats-Unis dans l'entourage de la Maison Blanche. Pour grossir le trait, faut-il laisser mourir les vieux et les faibles et favoriser une vie plus prospère aux autres, ou, comme l'a dit sans filtre Donald Trump, le remède (le confinement donc l'arrêt de l'activité économique) ne doit pas être pire que le mal (la mort d'un nombre élevé d'individus). Sans même aller sur le terrain éthique, trois économistes américains rattachés à la Fed et au MIT apportent leur pierre à l'édifice. Dans leur étude, ils expliquent que les villes américaines qui ont adopté rapidement des mesures de distanciation sociale (tous les gestes dits non-médicaux) lors de la pandémie de grippe espagnole il y a un siècle n'ont pas eu à souffrir plus que les autres d'un déclin économique, et qu'au contraire nombre d'entre elles ont mieux prospéré après l'épidémie. "Nos conclusions indiquent donc que les NPI (interventions non-pharmaceutiques) ne font pas que réduire la mortalité, mais qu'elles atténuent également les conséquences économiques négatives d'une pandémie", indiquent les trois chercheurs. Leur étude est ici pour les anglophones. »
 
 
Sur les marchés, nous retrouvons depuis quelques jours une normalisation des réflexes :
-        En cette période d’ultra-stress, le USD remonte, depuis 2/3 jours
-        Idem pour l’or, remonté sur les 1600 USD l’once
-        Idem pour les taux américains, en forte baisse, et surtout sur des niveaux jamais vus pour la 10 ans, à moins de 0,60%
-        Les obligations High Yield / junk bonds / pourries poursuivent leur dévissage. Les Echos faisait paraître un article ce matin sur S&P, qui prévient d’un risque de hausse très importante des défauts. Voir
l’article des Echos sur le sujet.
 

Dans la presse cette semaine, plein d’articles, que, comme nous, vous avez vu passer. Nous allons éviter la litanie pour garder le moral ; sauf à dire que l’un d’entre vous nous faisait parvenir cette semaine un article sur le risque de baisse de 10 à 15% des prix de l’immobilier (
http://www.leparisien.fr/immobilier/immobilier-face-au-coronavirus-les-notaires-anticipent-une-chute-des-prix-de-10-a-15-24-03-2020-8286570.php), en parallèle de l’article du Figaro de la semaine dernière, sur l’avenir des SCPI.
 

D’un point de vue gestion, hors restrictions ou préférences de gestion, nous avons fini par couvrir vendredi dernier le solde des positions actions des portefeuilles, dont une très grande proportion est aujourd’hui en cash.

Références :

Indices Performances point marché

Les Echos - Or

Les Echos - La Serpe d’or

Les Echos - Activité économique