Belle semaine boursière, spécialement aux Etats-Unis, et surtout sur le Nasdaq, qui, depuis le début de l’année, est presque redevenu flat, effaçant toutes les pertes. Il faut dire qu’avec les performances d’Amazon en particulier, il y a de quoi. Et ce n’est pas le jugement si franco-français d’hier, en France, qui va faire chuter l’action. D’ailleurs Amazon annonce ce matin son intention de faire appel.
 
La vigueur du rebond et les niveaux actuels de marchés nous plongent dans des abîmes de perplexité, notamment par la litanie des chiffres parus dans la presse ces derniers jours. En voici quelques-uns pour bien marquer les esprits :
-       D’un coup d’un seul, on vient de se prendre pour probablement dix mille milliards de USD (ou d’euros, à ce niveau-là c’est pareil…, en tout cas ça fait 10 000 000 000 000 ou 1 x 10
13) d’endettement complémentaire : une première salve de 2 300 aux Etats-Unis, 1 000 au Japon, 500 en Europe, plus tout le reste du monde.
-       L’endettement français devrait passer, selon les projections d’hier, de 100% à 115% du PIB, avec un beau duo entre Bruno Lemaire annonçant -8% de variation de PIB sur 2020, et Gérald Darmanin -9% de déficit sur PIB pour la même année.
-       le pétrole, quant à lui, s’est écroulé de 56 USD à 20 USD le baril de WTI, puis remonté à 33 lundi dernier, redescendu à 20 ce matin ; parce que couper la production de 20 millions de barils/jour n’est pas suffisant car la baisse de la demande est de 25 millions ! On va bientôt arriver aux tarifs négatifs dont on nous parle depuis quelques jours. L’AIE, Agence Internationale de l’Energie, vient de sortir ce matin son rapport mensuel, que vous trouverez sur 
https://www.zonebourse.com/WTI-2355639/actualite/Petrole-l-AIE-anticipe-un-effondrement-historique-de-la-demande-en-2020-30413209/
-       Le coût pour l’économie mondiale devrait être de l’ordre de 5 à 10% du PIB
-       Le FMI « prédit la pire récession mondiale depuis les années 1930 » : cf article des Echos.
 
 
Et pendant ce temps, les bourses montent :
-       À 5 points près, le S&P500 est aujourd’hui au niveau d’octobre… Octobre… ? Octobre 2019 ! Et vous conviendrez que la situation économique en général, et des sociétés cotées, n’est plus franchement la même qu’il y a 5 mois. Entre autres, 30 millions de chômeurs en plus aux Etats-Unis, des dividendes divisés par 2, etc…
-       Les Etats-Unis, touchés bien après l’Europe, sont en train de se réorganiser pour repartir et d’annoncer une fin rapide du confinement (dixit Trump). Pendant ce temps, la France fixe le 11 mai (dans un mois…), mais juste pour les écoles, pas pour les commerces, qui ne rouvriront que très progressivement (???). Et l’Allemagne table sur le 4 mai
-       Certains nous ont fait remarquer qu’on ne joue pas contre les Banques Centrales, et encore moins contre des actions concertées de Banques Centrales. Et quand il fait beau, qu’on parle de déconfinement, qu’on en voit le bout, alors forcément ça redonne de l’optimisme, et ça déconnecte les bourses de l’économie réelle. Exubérance irrationnelle, quand tu nous tiens !
 
 
Pour essayer de garder les pieds sur terre, nous vous renvoyons à la lecture de l’article joint, que de mémoire nous avions mentionné dans l’un des précédents numéros :
https://www.boursorama.com/bourse/actualites/bourse-le-point-bas-du-cac-40-est-devant-nous-ab11173ec94b0c1e9487b93a565e0435. C’est le résumé de l’analyse d’Eric Galiègue, de Valquant Expertyse, que nous avons vu passer, extrêmement bien documentée.
 
 
Y aura-t-il un retour à la réalité avec les publications d’entreprises pour le premier trimestre 2020 ? JPMorgan, un peu la banque chouchoute des marchés, a lancé le bal hier. En terme de résultat, vous aurez relevé qu’on parle d’une baisse de 70%. Dans ce contexte, l’action à ouvert à +4%, pour finir à -2,74%. Le rythme des publications va s’accélérer, attention à l’avis de gros temps, en particulier sur les valeurs industrielles.
 
 
Petit point sur l’immobilier : on entend tout et son contraire en ce moment :
-       Nous en parlions il y a 2 semaines, citant un risque de baisse de 10 à 15%. Mais « en même temps », la construction étant arrêtée, cela ne va-t-il pas créer des tensions sur les prix ?
-       Les taux n’ont jamais été aussi bas, mais « en même temps » on dit que les banques auraient remonté leur taux. Effet d’aubaine ou vrai stress sur les conditions de refinancement des banques ?
-       En tout état de cause, en référence un article sur les SCPI et les perspectives 2020 dans le contexte actuel. Nous précisons que nous connaissons bien l’auteur, et que notre but est ici de donner une autre analyse.
 
 
Dans les portefeuilles, nous restons cash, ou couvert pour ce qui ne peut pas être vendu. Nous avons de l’or, et comptons bien le garder.
Nous continuons de suivre le pétrole, qui cote maintenant 19,40 USD le WTI, et espérons pouvoir rentrer sur des ETF quand il vaudra 10 ! Ou sur Total quand nous la reverrons, comme il y a 3 semaines, à 21,12 euros !
 

Références :

Indices performance points marchés

Les Echos - Baisse des transactions
Les Echos - Fin du tunnel
Les Echos - Récession (Une)
Les Echos - Récession
Les Echos - Prévisions France
Les Echos - FED et HY
Les Echos - BCE
Agéfi Actifs - SCPI