Sur les 7 jours précédents, "y'a un truc qu'est pas logique là-dedans », regardez lesdites valeurs-refuges :
- le CHF a encore monté pour attendre son plus haut niveau de l'année, tant contre l'EUR (1,1080) que contre USD (0,9700 au plus bas hier)
- l'once d'or, XAU, s'est envolée de plus de 5% cette semaine, à 1425 ce matin, après avoir vu 1440 hier
- Les obligations gouvernementales AA et AAA ont encore une fois servi de refuge / "flight to quality", la 30 ans US étant maintenant bien ancrée sous les 2% de rendement

Probablement à cause des bruits de bottes entre les Etats-Unis et l'Iran, car décidément les marchés n'aiment pas ça.
Cela dit, les marchés n'ont pas réellement été affectés par ces bruits, et terminent ces 7 jours glissants sur une note générale plutôt neutre. Même la forte baisse du Nasdaq d'hier soir (-1,70%) ne fait que faire revenir la performance hebdomadaire légèrement en-dessous de 0 (
voir notre fichier habituel).

Cette baisse n’est cependant due qu’à l’intervention attendue de la FED. Intervention attendue mais discours inattendu. Le discours a porté sur la non-urgence de la baisse des taux, avec en creux une volonté de rappeler son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique. Jerome Powell a néanmoins confirmé que la FED est en plein débat sur la nécessité de baisser les taux (
voir article). Le marché continue de penser qu’une baisse de 0,25% interviendra dès le mois prochain. L‘essentiel est aussi de passer un message où la FED ne sur-réagit pas.
Mais on garde en mémoire qu’après la BCE, la FED se prépare à agir, et que les marchés actions pourraient se retrouver bien contents d’être à ce point soutenus !

Pour mémoire, Trump revoit son ami Xi en fin de semaine, en marge du G20 au Japon. On aura des nouvelles de l’avancée de l’accord entre les 2 pays. L’idée prédominante est que les 2 amis vont s’entendre sur un nouveau nouveau nouveau round de négociations qui aura pour effet immédiat de suspendre les hausses prévues de droits de douane. Et comme ça on sera reparti pour un tour, et tranquilles pour l’été de ce point de vue. Néanmoins, ne nous leurrons pas, on est sur une guerre de leadership mondial pour la suprématie commerciale, et ce nouveau type de guerre froide risque de dominer les débats pendant de longues années, voire des décennies.

Évènement inédit, vous aurez noté, la forte correction à la baisse du USD, passé de 1,1180 à 1,1400. Cela doit faire plaisir à Trump, et c’est probablement pour cela qu’il n’a pas (encore) trop râlé sur le président de la FED, après son discours d’hier soir.
A noter que cette baisse du USD était un trophée qui manquait à Trump dans la réussite de son mandat, et qu’il se lance donc tranquillement dans la conquête d’un second mandat. Les gérants de fonds sur les Etats-Unis que nous rencontrons nous disent tous souhaiter / espérer la réélection de Trump.

Indices performance pour points marchés