On serait presque tentés de dire « même pas peur »… Les marchés ont violemment réagi à l’expansion du Coronavirus lundi dernier, pour se reprendre depuis. Cela dit, si le pire n’est jamais certain, cette épidémie peut aussi être l’élément exogène qui fasse corriger les marchés, pour son risque à asphyxier et gripper l’économie (pardon pour le jeu de mot facile…). Il n’y a qu’à voir la correction immédiate subie par les valeurs du tourisme, du transport, du luxe, etc…

Heureusement, dans ce contexte, que certains marchés chinois sont fermés, pour leur nouvel an. Cela évite les pertes trop importantes ! Tout du moins facialement, avant qu’ils ne rouvrent dans quelques jours. En attendant, en l’espace de 6 jours, les marchés asiatiques ont perdu entre 4 et 6%, hors Inde (+0,33%) qui poursuit son bonhomme de chemin. Les marchés européens et américains, pour leur part, corrigent autour de -1,50% depuis 7 jours.
Une deuxième rafale de mauvaises nouvelles vient chahuter un peu plus les marchés aujourd’hui, sur une estimation à la baisse de la croissance aux Etats-Unis en 2019. Certes, c'est du passé, et en plus la plupart des résultats d’entreprises, qui sortent en ce moment, sont plutôt bons.
Mais il faut tenir compte des autres sujets en cours : l’évolution de la situation au Moyen-Orient. Il se dit qu’Israël pourrait profiter du week-end prochain pour lancer le plan de Trump et annexer définitivement les territoires occupés, en les reliant entre eux.
Sans oublier le Brexit, voté hier dans la discrétion, etc etc...


Une chose est sûre, dans cette phase exponentielle de développement de la maladie, c’est l’explosion du recours à nos trois valeurs-refuges traditionnelles qui se poursuit : hausse du franc suisse, et relativement du USD. Contre EUR, le CHF est passé en-dessous de 1,07, niveau plus atteint depuis avril 2017, juste avant l’élection présidentielle française. L’or revient sur 1580 l’once, et enfin nous avons une baisse très importante des taux américains, sur toute la courbe, avec une baisse de plus de 20 points de base sur une semaine.


Dans ce contexte global, nos portefeuilles supportent cette correction : Nous avons pris la décision, lundi matin, de liquider la plupart de nos positions sur les trackers Nasdaq, Dow Jones, et Eurostoxx. Le reste des positions actions corrige un peu, mais tout cela est compensé par les positions en or, que nous gardons, et la base obligataire en USD de nos portefeuilles, qui se bonifie avec 1. La hausse du USD, et 2. La baisse des taux.


Pas d’article particulier à vous proposer cette semaine, sauf éventuellement un, traitant de la réflexion sur la
finance durable, qui fait écho au sujet que nous abordions la semaine dernière. Et on est étonné que la réflexion qui nous est proposée soit menée par des experts tournant autour des investissements… sauf des experts de sociétés de gestion.

Indices performances pour points marchés